Biais Cognitifs : Recruter Avec Plus d’Objectivité


Nous avons tendance à penser que nos jugements et décisions sont formés par une pensée rationnelle. Cependant, c'est faux et c'est prouvé : nos jugements et nos décisions sont fortement influencés par des processus cognitifs, qui sont ignorés parce qu'ils sont « silencieux ». Par exemple, lors de l'évaluation des candidats pour un certain poste, nous prêtons plus d'attention aux arguments négatifs plutôt qu'aux arguments positifs, ce qui revient à nier les préjugés. Comme vous vous en doutez, il vous est difficile de vous débarrasser de vos propres biais cognitifs. 🧠

Qu’est ce qu’un biais cognitif ?


On parle de biais cognitif quand votre pensée rationnelle est faussée et que votre jugement n’est plus fiable parce que votre cerveau se base sur tout ce qu’il sait déjà, ou croit savoir. Autant dire que les process de recrutement lui offrent un beau terrain de jeu ! 🧩


5 biais cognitifs à connaître pour mieux recruter 👇


· Le biais de l’entomologiste ⚙️

Ce biais nous pousse à ne prendre notre décision que sur des éléments techniques et pragmatiques, les hard skills. Or, les soft skills jouent un rôle clé dans la valeur d’un candidat et doivent aussi être évalués au cours d’un entretien.

💡 Astuce MyMeerkat : Pour prendre en compte les soft skills, il existe de nombreux tests psychométriques qui permettent d’aiguiller le recruteur sur la personnalité du candidat. On peut aussi inviter le candidat à résumer ses expériences en termes de freins et de bénéfices. La façon de vivre et de parler de chaque événement vous donnera des indices.

· L’effet de halo 👁


L’effet de halo, c’est la première impression qu’a le recruteur sur le candidat lors de leur entrevue (voire même dès la lecture du CV). Si ce premier regard est positif, cela influencera de façon positive la suite du recrutement.


💡 Astuce MyMeerkat : Pour tenter d’éviter ce biais, il faut prendre conscience de sa 1ère impression, mettre en suspens ce jugement, prendre du recul et attendre d’avoir une vue globale à l’issue du recrutement. Il faut aussi préparer les entretiens d’embauche pour fixer les attentes que vous avez par rapport aux candidats, avec des critères objectifs.

· Le biais de projection 💼


Avoir la même formation, les mêmes loisirs ou les mêmes valeurs crée une connivence, mais ne faites pas de cette proximité culturelle un élément qui va prédire la réussite du recrutement.


💡 Astuce MyMeerkat : Posez-vous la question : Est-ce que ces éléments communs sont pertinents par rapport au poste ? Il faut encourager la pensée divergente !

· L’effet de contraste 👥

Si un candidat vous a particulièrement plu, vous ne cesserez pas de le comparer avec les prochains candidats reçus. Vous irez donc aux autres entretiens avec moins de ferveur et surtout moins d’objectivité.


💡 Astuce MyMeerkat : Faire passer les entretiens à plusieurs pour tendre à multiplier les points de vue (n+1, RH, futurs collègues de travail de la personne à recruter, etc) avec des référentiels et des grilles de lecture différentes.

· Le biais de récence ⌛️


Dans le même panier que l’effet de contraste, le biais de récence donne la préférence aux derniers événements ou aux derniers candidats rencontrés. Si vous avez rencontré 4 candidats aux profils similaires mais en-dessous de vos attentes, le dernier rencontré pourrait tout de même bénéficier de votre préférence.


💡 Astuce MyMeerkat : Remplissez pour chaque entretien une même grille d’évaluation de l’échange, et relisez-les à froid. Évitez toute décision hâtive !

Le rôle de l’intelligence artificielle dans le recrutement 🤖

De plus en plus d'outils misent sur l'intelligence artificielle pour établir la description du candidat idéal le plus objective possible. Ces outils ont fait des progrès considérables, et en effet, ils ont été privés de l'influence humaine. Mais attention, comme tout système créé par des humains, ils ont leurs limites!


🚨 Allez checker notre article pour en savoir plus sur l’IA dans le recrutement :

👉 https://www.blogmymeerkat.fr/post/intelligence-artificielle-l-avenir-du-recrutement